La création d'instituts de traduction, un préalable à la promotion de la langue amazighe

Publié le : mardi, 12 janvier 2021 19:04   Lu : 9 fois
  • Partagez

ALGER -  Des universitaires, réunis mardi à Alger, ont appelé au renforcement de la formation universitaire et la création d'instituts de traduction de et vers le tamazight pour promouvoir cette langue nationale et officielle, enseignée dans la plupart des établissements scolaires du pays.

S'exprimant lors d'une rencontre sur la "traduction de et vers le tamazight" dans le cadre de la célébration du nouvel an berbère Yennayer 2971, l'universitaire Djamel Laceb estime que le "manque" de départements d'enseignement universitaire de tamazight- limité à quelques wilayas-, et l' "absence" d'instituts de traduction constituent des "obstacles" majeurs à la généralisation et à la promotion de cette langue.

Pour cet auteur d'expression amazighe, lauréat en 2019 du Grand Prix Assia-Djebbar du roman, l'enseignement de tamazight "doit être généralisé" dans tout le pays pour permettre une large diffusion de la langue amazighe, parlée à travers l'Algérie dans ses différentes variantes.

Relevant le "manque d'encadrement académique" et de "coordination", l'universitaire Mokrane Chikhi considère, de son côté, que la traduction (vers le tamazight) de textes "pragmatiques" doit obéir à l' "exigence de l'équivalence".

"Le traducteur est tenu de trouver l'équivalence et la terminologie précise et exacte en traduisant des contenus scientifiques et textes juridiques vers la langue amazighe", expliqué cet enseignant de la langue et culture amazighes à l'université de Béjaia.

Selon M.Chikhi, également traducteur au sein du Hca (Haut commissariat à l'Amazighité), les procédés de la traduction des textes pragmatiques "exigent la recherche de l'équivalence et une terminologie adéquate".

Pour sa part, Zidane Yacine a évoqué, dans son intervention, les corpus littéraires transcrits durant les premières années de l'occupation française, au début du 19e siècle, ainsi que les contes amazighes transcrits dans les variantes kabyle, chaouie et targuie.

Si cet inspecteur d'éducation et consultant au Hca défend la diversité des variantes linguistiques en usage en Algérie, il plaide, toutefois,  pour une "terminologie convergente" approuvée par des institutions de normalisation linguistique.

Pour rappel, l'Académie algérienne de la langue amazighe a été créée à la faveur d'une loi organique promulguée en 2018.

Last modified on mardi, 12 janvier 2021 19:55
La création d'instituts de traduction, un préalable à la promotion de la langue amazighe
  Publié le : mardi, 12 janvier 2021 19:04     Catégorie : Culture     Lu : 9 foi (s)   Partagez